Accueil du site > Nos thématiques > Survivors : un projet de recherche participative pour comprendre le (...)

Survivors : un projet de recherche participative pour comprendre le changement climatique

Porteur : CPIE NANCY-CHAMPENOUX
Région : Lorraine
Mise à jour : lundi 8 juin 2015
Année de fin de réalisation :
Compétences mobilisées :
Connaissance, ingénierie - Sensibilisation, information - Coordination de projet
Thématique(s) associée(s) :
forêt/milieu végétal - éducation/formation - biodiversité - climat - changement climatique

Résumé

SURVIVORS est une action de recherches participatives conjointement imaginée et mise en œuvre par l'UMR1137 (Écologie et Ecophysiologie Forestières) de l’INRA, le Laboratoire d’Excellence ARBRE, le CPIE Nancy Champenoux et le collège d'Einville-au-Jard. Elle est adossée à un projet de recherche multidisciplinaire soutenu par le Labex ARBRE et la région Lorraine. Elle vise à comprendre les mécanismes conduisant à la mort ou la survie des arbres lors d'aléas exceptionnels. Cette action mobilise 80 collégiens, les mêmes élèves de la 5e jusqu’à la 3e, et fait le lien avec le travail réalisé en classe par les professeurs de SVT, sciences physiques, mathématiques…

Contexte

SURVIVORS est une action de recherche participative conjointement imaginée et mise en œuvre par l'UMR1137 (Écologie et Ecophysiologie Forestières) de l’INRA, le Laboratoire d’Excellence ARBRE, le CPIE Nancy Champenoux et le collège d'Einville-au-Jard. Elle est adossée à un projet de recherche multidisciplinaire soutenu par le Labex ARBRE et la région Lorraine. La proximité physique et partenariale des différentes parties prenantes depuis 20 ans facilite le montage et la conduite du projet.

Objectifs

Les changements climatiques sont aujourd’hui une réalité et impactent les écosystèmes. En Lorraine, la forêt – des hêtres majoritairement - constitue une composante importante des milieux, et par son exploitation, de l’activité économique de la région. Les acteurs économiques et de la recherche s’interrogent sur la capacité des hêtres à s’adapter aux événements extrêmes répétés dans le temps (tempête, sècheresse). Pour identifier et comprendre la façon dont ces arbres réagissent à ces aléas, une recherche participative est conduite sur 3 années.

Description et résultats

Le cadre de l’expérimentation est le suivant :

deux hypothèses sont formulées :

· les hêtres meurent de faim par épuisement de leurs réserves carbonées

· les arbres meurent de soif suite à un dysfonctionnement de la circulation de la sève.

Au sein d’une plantation de 1000 arbres, 6 stations sont ciblées selon les caractéristiques du milieu (sol sec, sol humide…). Au sein de ces stations, les acteurs de la recherche participative vont tester la façon dont les arbres réagissent à des perturbations « imposées ». Pour ce faire, 3 groupes d’arbres sont constitués : un groupe d’arbres auquel on imposera un manque d’eau, un groupe d’arbres défoliés (3 feuilles sur 4) et un groupe d’arbres témoin.

Cette expérimentation mobilise 80 collégiens, les mêmes élèves de la 5e jusqu’à la 3e. Les objectifs de cette recherche participative et ses modalités de mise en œuvre sont présentés lors d’intervention par le CPIE et l’INRA en classes. Les raisons de cette mobilisation de collégiens sont triples : présenter le travail et les métiers de la recherche, rendre acteurs les collégiens dans un processus de recherche, et bénéficier de « petites mains » pour déployer le protocole.

Les élèves parrainent chacun un arbre qu’ils suivront durant les 3 ans. Ils disposent d’un cahier d’observation où ils reportent l’ensemble des mesures relevées (hauteur de l’arbre, diamètre…), qui sont ensuite transmises aux chercheurs.

Différents temps de valorisation au sein de l’établissement et au delà (événements, conférences) sont réalisés pour faire connaître cette action et sensibiliser aux enjeux liés aux changements climatiques.

Au bout des 3 années, les analyses permettront de constater - ou non - de la résistance des hêtres et de leur adaptation aux aléas climatiques. D’autres éléments pourront être démontrés, par exemple : la richesse des sols jouent-elle sur la résistance des arbres ?

Atouts et limites

Au sein de ce projet, 3 points forts se révèlent :

  • une véritable coopération entre organismes de recherche, CPIE et établissement d’enseignement, rendue possible par la volonté partagée des acteurs et leur proximité dans la conception et la conduite du projet de recherche participative. Les objectifs sont complémentaires, connus dès la définition du projet et les acteurs sont clairement positionnés.
  • une ouverture de la recherche vers de nouveaux publics (collégiens, familles…) avec un objectif de vulgarisation de ces travaux auprès de ces publics et plus largement lors d’événements régionaux, nationaux ou internationaux liés à la promotion de la science,
  • une démarche réellement intégrante des collégiens au processus de recherche, qui se révèle grâce aux interventions en classe, à la présentation des objectifs scientifiques et du matériel inhérent à cette recherche, aux sessions de travail sur site, aux restitutions des résultats. Cette recherche fait le lien avec le travail réalisé en classe par les professeurs de SVT, sciences physiques et mathématiques.

Partenaires techniques

  • UMR1137 (Écologie et Ecophysiologie Forestières) de l’INRA
  • Laboratoire d’Excellence ARBRE
  • Collège d'Einville-au-Jard

Financeurs

Programme d’investissement d’avenir porté par le Labex ARBRES


Plan du site | Mentions légales | Contacts