Accueil du site > Nos thématiques > Trois actions en faveur des zones humides et de la biodiversité en Ariège : (...)

Trois actions en faveur des zones humides et de la biodiversité en Ariège : De la restauration de zones humides autour du barrage de Noubals au porté à connaissance……vers une complémentarité de compétences entre EDF et CPIE

Porteur : CPIE DE L’ARIÈGE
Région : Midi-Pyrénées
Mise à jour : mercredi 5 février 2014
Année de fin de réalisation :
Compétences mobilisées :
Connaissance, ingénierie - Sensibilisation, information - Gestion d’espace - Concertation, médiation - Edition, publication
Thématique(s) associée(s) :
faune/flore - agriculture - production animale/élevage - énergie - eau - environnement industriel - insectes - zone humide - énergie renouvelable

Résumé

Entre 2011 et 2013, afin de prolonger le travail déjà réalisé et le partenariat établi, trois actions prioritaires et complémentaires autour des zones humides d’Ariège ont été mises en place.
Action 1  : la restauration d’une zone humide de 21 ha située au sud du lac de barrage EDF dit des
Grandes Pâtures, propriété d’EDF.
Action 2 : la conception d’une exposition photos « les actions d’EDF en Ariège en faveur des zones
humides et de la biodiversité » et de supports de valorisation en faveur des zones humides
Action 3 : le suivi de la population de Desman des Pyrénées (Galemys pyrenaicus), sur l’Oriège entre la centrale d’Orlu et le Barrage d’Orgeix (Vérifier la présence du desman des Pyrénées dans le secteur soumis aux éclusées, grâce à la recherche de fèces et des sessions de capture).

Contexte

Depuis 7 ans, une collaboration entre le CPIE de l’Ariège et EDF ‐GEH Aude‐Ariège est née suite a un projet dans le cadre de l’inventaire des zones humides sur la partie Est du département qui a fait ressortir trois besoins importants et complémentaires : la préservation, la restauration et la gestion de zones humides autour d’ouvrages d’EDF, la valorisation et le porté à connaissance des zones humides vers le tout public et vers les agents d'EDF, l’amélioration de la connaissance d’espèces inféodées aux zones humides.

Trois actions ont été développées entre 2011 et 2013.

Objectifs

Action 1 :
* restaurer certains habitats et rétablir les corridors au sein du site. La principale dégradation
observée étant la fermeture de ces milieux par la végétation et en particulier la forte progression
de la forêt.
Action 2 :
* Mettre en valeur et faire connaître les ouvrages et les actions d’EDF en faveur de la
biodiversité vers le tout public et les agents d’EDF.
* Faire connaître et découvrir les espèces emblématiques et/ou patrimoniales en lien avec
l’activité d’EDF et diffuser les enjeux qui y sont liés pour une meilleure prise en compte des
richesses naturelles de note territoire dans la durée
* Faire connaître la problématique de l’environnement à travers des photographies, peintures
et dessins, des conférences, des sorties, des ateliers, des animations sur l’eau, la faune, la flore,
la biodiversité au travers de différentes manifestations régionales et nationales.
* Donner envie, faire découvrir et sensibiliser le public, adultes et enfants, à mieux connaître
notre patrimoine naturel.

Action 3 :
• Améliorer la connaissance sur la présence ou l’absence du desman sur le barrage
• Evaluer l’état de la population en lien avec l’activité du barrage

Description et résultats

ACTION 1  :

Situées au sud du lac de barrage EDF dit des Grandes Pâtures, les mouillères de Noubals représentent une mosaïque d’habitats humides. Essentiellement composé de prairies humides à Molinie et Bas marais, ces zones humides abritent 3 espèces de papillons rares et menacés .En se référant aux photographies prises en 1995 par Grahm et à son témoignage, le site s’est en effet partiellement fermé. La fermeture du milieu de ce site est du à un manque d’entretien des zones à molinies.

La zone qui a été restaurée représente une surface de 4,26 Ha et correspond à la zone la
plus fermée du site composée essentiellement de prairie de molinie formant des hauts touradons.
Cette zone n’est plus pâturée et parait difficilement accessible au bétail à cause de la trop forte densité en touradons mais également à cause de leur hauteur pouvant atteindre plus de 80cm.
Cette forte densité de touradons entraîne une banalisation des habitats et tend vers une domination
de la molinie au dépend des autre plantes du cortège dont la Renouée de la bistorte.
Un chantier manuel a été réalisé et des interventions ponctuelles ont eu lieu sur les parcelles grâce à une équipe constituée de salariés, bénévoles et étudiants. Les périodes d’interventions se sont déroulés de fin août à fin septembre, saison la moins critique pour la faune et la flore.

ACTION 2 :

Dans le but de valoriser les actions menées par EDF en faveur de la biodiversité et dans le but de faire découvrir les espèces patrimoniales en lien avec l’activité d’EDF, de diffuser les enjeux qui y sont liés, une exposition photo co‐construite avec EDFa été réalisée autour de 5 grandes thématiques (les ouvrages hydroélectriques, les milieux de queue de retenue, les passes à poissons, les chasses de transparence, les transports aériens).
Chaque photo, mise à disposition par EDF,a été illustrée par une photo « nature » fournie par le CPIE. Au total, quinze photos ont été imprimées sur un format 30 X 40 cm. Le CPIE a pris en en
charge le tirage, l’encadrement et la rédaction des textes et des légendes ont été réalisé en binôme.
Cette exposition a été exposée à différents lieux notamment dans le cadre du Festival nature
d’Ariège et d’ailleurs et lors de l’Assemblée Générale de l’Union Nationale des CPIE.

 

ACTION 3 :

L’Oriège est un cours d’eau comprenant de nombreuses et importantes installations hydroélectriques. De part leur fonctionnement, la rivière est soumis à un régime d’éclusées
notamment entre la centrale d’Orlu et le barrage de Campauleil.
Le desman des Pyrénées est à priori présent sur tout le cours de cette rivière. Des indices de
présences ont été observés en amont d’Orlu en 2004 et récemment (2011) en aval du barrage de
campauleil. Cependant sur le secteur soumis aux éclusés, nous avions très peu de données de
présence de desman et malgré un effort important de prospection en 2011, aucun indice n’a été
observé.
Il est probable que les fortes éclusées que subit ce tronçon de rivière, éliminent quotidiennement
tout indice de présence de Desman des Pyrénées. Ainsi, bien que présent nous ne pouvons le
détecter. Cependant, connaissant l’impact négatif des éclusées sur les invertébrés benthiques, il
n’est pas exclu, que localement, la population de desman soit très faible ou disparue. Les éclusées
diminuant fortement le stock de nourriture disponible pour le desman, il est possible que cela ait eu
un impact sur la population et sa démographie.
Sachant que des arrêts de fonctionnement de plusieurs semaines ont eu lieues en 2012 et 2013, nous avons pu profiter de cette opportunité pour mettre en place cette étude de présence du Desman sur cette portion de l’Oriège entre la centrale d’Orlu et le barrage de Campauleil.
Une stabilité des niveaux sur des périodes de plus d’une semaine nous a permis d’une part de
rechercher efficacement les fèces de desman mais également de pouvoir mettre en place une
session de capture. En effet, il arrive parfois que le desman, bien que présent ne soit pas détecté par
la seule recherche des fèces et il est alors nécessaire d’avoir recourt à du piégeage.

Au terme de cette étude, nous pouvons garantir la présence du Desman sur le tronçon situé entre le Barrage de Campauleil et la centrale d’Orlu. Ce tronçon de 5.6 km, soumis à des éclusées quotidiennes reste cependant difficile à étudier et il est non aisé d’y évaluer l’état de conservation de l’espèce. En effet, si deux Desmans ont pu être capturés, la recherche de fèces, méthode communément appliquée pour l’étude de présence de Desman et relativement facile à mettre en oeuvre, n’a donné aucun résultat malgré un arrêt complet de la centrale et donc un retour au débit naturel dans ce tronçon.

S'il est compréhensible de ne pas trouver de fèces de Desman quand l’usine d’Orlu est en fonctionnement, car le marnage du aux éclusées efface probablement la totalité des indices ; il est par contre étonnant de ne pas en trouver lors d’un arrêt prolongé de la centrale. De plus, en amont immédiat de la centrale d’Orlu, beaucoup de crottes sont régulièrement observées sur ce même cours d’eau ce qui nous permet de penser que la non détection de crotte n’est pas simplement due aux caractéristiques de la rivière.
Ainsi des questionnements et hypothèses restent alors sans réponse sur l’état de la population de Desman sur ce cours d’eau et soulèvent des problématiques :
‐ Le Desman subsiste en faibles effectifs et de façon localisée réduisant considérablement les chances de détection par la recherche de fèces. En effet, si ces dépôts de crottes sont bien la résultante de marquages territoriaux, une faible population est par conséquence moins détectable, les individus éprouvant moins la nécessité de marquer leur territoire.
‐ La recherche de fèces n’est pas efficace dans ces tronçons soumis aux éclusées même lors d’arrêt de fonctionnement, bien qu’elle reste possible malgré le marnage (cas d’Eylie). Le Desman prend‐’il l’habitude de ne plus déposer ces fèces si celles ci sont quotidiennement emportées par les éclusées ?

Le Desman des Pyrénées est encore un des mammifères européen dont la biologie et l’écologie sont les moins bien documentées. Il est probable que les fluctuations régulières et importantes du débit dans un cours d’eau affectent l’espèce. En effet, l’impact des éclusées étant bien connues sur les populations d’invertébrés, principale nourriture du Desman, il est admissible que les éclusées perturbent le cycle de vie de l’espèce et donc la population.
La centrale d’Orlu étant encore en arrêt au cours de l’année 2014, il parait judicieux de poursuivre cette étude afin d’essayer d’éclaircir ces problématiques. Une année supplémentaire de recherche de crottes pourrait être mise en place avec pour objectif le prélèvement de tous les indices trouvés en vue d’une analyse génétique permettant une évaluation de l’état de la population. Cette recherche de fèces peut être couplée à des sessions de capture permettant d’obtenir des informations complémentaires et de l’ADN en cas de non découverte de fèces.

Atouts et limites

Ces 3 actions ont permises de restaurer certains habitats et rétablir les corridors au sein du site d'EDF, la mise en valeur des ouvrages et des actions d’EDF en faveur de la biodiversité vers le tout public et vers les agents d’EDF, de faire connaître et découvrir les espèces emblématiques et/ou patrimoniales en lien avec l’activité d’EDF, de diffuser les enjeux qui y sont liés pour une meilleure prise en compte des richesses naturelles de note territoire dans la durée et enfin d'améliorer la connaissance sur la présence ou l’absence du desman sur le barrage de Campauleil et la centrale d’Orlu.

Des questionnements et hypothèses restent alors encore sans réponse sur l’état de la population de Desman sur ce cours d’eau et soulèvent des problématiques qui est nécessaire de répondre au cours des prochaines années.

Partenaires techniques

‐ Electricité de France : EDF est propriétaire d’une des zones humides que nous avons restauré.

‐ L’Office National des Forêts : l’ONF est un partenaire important du projet d’une part, pour sa
responsabilité en tant qu’opérateur du Site Natura 2000 FR7300831 (action 1).


‐ La Communauté des Communes du Donezan : partenaire local, intervenant en particulier pour la
mise en valeur des zones humides restaurées, la participation technique pour la restauration des
sites et la concertation sur l’avenir des sites restaurés (plan de gestion, entretiens) (action 1 et 2).


‐ Le Conservatoire botanique national des Pyrénées et de Midi‐Pyrénées : le CBNPMP a été sollicité
avant les travaux et après les travaux en tant qu’expert pour la flore et la gestion des milieux.

‐ Le Conservatoire d’espaces Naturels de Midi Pyrénées : le CREN MP a été sollicité avant les travaux et après les travaux en tant qu’expert régional pour la faune et la gestion des milieux.

Financeurs

‐ ETAT (DREAL)
‐ Conseil Régional Midi‐Pyrénées
‐ Conseil Général de l’Ariège
‐ Union Européenne (FEDER)
‐ Agence de l'eau


Plan du site | Mentions légales | Contacts