Accueil du site > Nos thématiques > Les éco-volontaires au service de la biodiversité du Département de la (...)

Les éco-volontaires au service de la biodiversité du Département de la Somme

Porteur : CPIE VALLÉE DE SOMME
Région : Picardie
Mise à jour : vendredi 17 janvier 2014
Année de fin de réalisation :
Compétences mobilisées :
Thématique(s) associée(s) :
nature - écologie/environnement - protection des espaces naturels - faune/flore - protection de la faune et de la flore - déchets

Description et résultats

La mission a démarré le 01 Aout 2011, elle est répartie sur 3 jours de 8h soit 24h par semaine.

Les éco-volontaires sont divisés en deux équipes de 6 personnes réparties par lieu d’intervention.

  • Equipe est : Les étangs de la barette à Corbie et le site d’Eclusier-vaux
  • Equipe Ouest : La chaussée-Tirancourt et ses environs et le marais des cavins à Bourdon

La mission a eu lieu sur les territoires : « Val d’Authie – Val de Nièvre, Villers-Bocage / Corbie / Boves, et Région d’Albert » et plus précisément sur les 4 sites naturels suivants : le marais des Cavins à Bourdon, le marais de Samara et ses environs, les étangs de la Barette, le site d’Eclusier-Vaux et en juin 2012, le site de la Plume à Abbeville.

 

Transport : Nous avons mis en place un système de point de rendez-vous où l’encadrant technique vient chercher les éco-volontaires pour se rendre sur les différents sites.

Typologie du public : la majeure partie du public accueilli sur l’action est en situation de chômage de longue durée. Pour le plus jeune, ils n’ont jamais travaillé.

L’âge : L’âge moyen des volontaires de moins de 26 ans est de 21 ans, on peut constater une équipe relativement jeune. Deux jeunes mineurs ont été recrutés. Pour les volontaires de plus de 26 ans l’âge moyen est de 45 ans.

Le niveau de qualification : Globalement le niveau d’instruction varie entre le niveau VI et V (4 personnes ont obtenu un CAP ou BEP, 1 personne un BP et les 9 autres personnes ont arrêté après la 3ème ou au cours du CAP). Les critères de recrutement, ont été étudiés par rapport à la motivation des personnes, le travail en extérieur, un intérêt pour la nature et l’environnement et pour suivre la volonté du Conseil général de la Somme, nous avons recruté des personnes très éloignées de l’emploi faisant preuve de motivation pour s’investir dans leur avenir professionnel.

Missions effectuées :

  • Surveillance et vigilance : Des tours de gardes des sites ont été régulièrement effectués afin d’assurer un ramassage des déchets, de rechercher la présence d’obstacles (branches cassées, arbres tombés), de vérifier les éventuelles dégradations, de renseigner les promeneurs. Des bulletins rédigés par les éco-volontaires sont transmis au Conseil Général afin de le tenir informé des observations faites. Pour effectuer chaque tour de garde, nous avons mis en place un cahier par équipe ou chacun rédige ce qu’il a pu observer. Les tours de garde sont organisés par groupe de deux éco-volontaires environ tous les 15 jours sur chaque site.
  • Relevé d’échelle : Sur le marais de Tirancourt, les relevés des échelles limnométriques sont envoyés au Conservatoire des sites naturels de Picardie tous les 15 jours. Il n’y a pas d’échelle limnométrique sur les autres sites.
  • Le petit entretien : Différents travaux ont été réalisés sur l’ensemble des sites.
  1. Site d’Eclusier-Vaux  : Les Buddleias et une partie des lilas ont été arrachés. Les deux massifs ornementaux situés derrière la maison ont été arrachés. Les rosiers, les hortensias ainsi que les arbres fruitiers ont été taillés.
  2. Les étangs de la barette à Corbie : Les abords de la hutte 212 H 53 D, ont été nettoyés et les canisses enlevées.
  3. Larris Sainte Colette  : Le haut du larris a été débroussaillé, les rejets de ligneux supprimés et les déchets ramassés pour rétablir le point de vue sur les étangs de la Barette.
  4. La Chaussée-Tirancourt et ses environs : Le marais de SAMARA : Divers travaux ont été effectués dans le parc de Samara. Les rejets de ligneux ont été supprimés dans la roselière et la mégaphorbiaie. Un reprofilage des berges en pente douce a été réalisé sur une mare. Les éco-volontaires ont participé au déblaiement et au débroussaillage des chemins afin de les rendre accessibles au visiteur. Du tronçonnage de saules sur berges a été effectué par les éco-volontaires.Le Marais de Tirancourt  : Une clôture a été dégagée pour faciliter l’entretien des barbelés. Un arbre tombé lors des grands coups de vent de Janvier a été tronçonné pour rétablir la circulation.
  5. Le site de la Plume à Abbeville : Les éco-volontaires participent à l’opération de réouverture et de nettoyage du site de la Plume à Abbeville. Ils réalisent des aménagements et des opérations d’embellissement qui permettront d’accueillir et de sensibiliser le public.
  • Valorisation des sites : Différents habillages ont été déterminés à partir des végétaux situés à proximité afin d’améliorer l’intégration des huttes de chasse dans le paysage. Diverses techniques de tressages ont été utilisées.
  1. Le marais des Cavins à Bourdon
  • Poste d’observation : Un poste d’observation est en cours de réalisation près de la grande hutte.
  • Ilot de la hutte flottante : Les abords de la hutte ont été débroussaillés en particulier sur le devant de la hutte. Diverses techniques de tressages ont été utilisées pour améliorer l’intégration de la hutte dans le paysage.
  • Ilot de la hutte flottante : Les abords de la hutte ont été débroussaillés en particulier sur le devant de la hutte. Diverses techniques de tressages ont été utilisées pour améliorer l’intégration de la hutte dans le paysage.
  • Habillage des huttes : L’appentis devant la hutte a été habillé par des tressages et des bottes de carex. Un tressage a également été installé autour du bloc en béton de la hutte. Une bâche avec de la terre et quelques plantes ont mises en place sur le dessus.

 

L’accompagnement des éco-volontaires :

Réalisé par l’encadrant technique et la chargée de mission :

L’encadrant technique présent chaque jour avec les éco-volontaires, les accompagne dans l’accomplissement de leur mission au quotidien, notamment en leur permettant de s’initier au monde du travail (respect des horaires, des règles de sécurité, des règles de l’entreprise). L’encadrant leur transmet un métier en leur expliquant les travaux qu’ils ont à effectuer, tout en leur faisant acquérir de nouvelles compétences. La transmission du métier est renforcée par des temps de formation à l’utilisation de matériel spécifique (débroussailleuse, tronçonneuse). Chaque jour les volontaires font un bilan de la journée passée en le notant sur un cahier, le point est fait avec l’encadrant en fin de journée. Avant de commencer la mission l’encadrant leur a demandé de faire des recherches sur les différents milieux naturels où ils allaient intervenir afin de bien prendre connaissance des lieux, ensuite l‘encadrant fait le point avec eux.

En complément, les éco-volontaires sont vus par une accompagnatrice socio-professionnelle qui les aide à définir leur projet d’avenir. La difficulté pour ces personnes est dans un premier temps d’ordre social, volonté du conseil Général de la Somme lors du lancement de cette action, ce sont des personnes qui ont des difficultés d’illettrisme, (ils ont décroché du système scolaire très tôt), des problèmes de dépendance à l’alcool ou des problèmes avec la justice. Nous travaillons avec eux dans un premier temps leurs difficultés sociales en lien avec les chargés d’insertion ou les conseillers de la mission locale pour lever certains freins comme par exemple la mobilité (un jeune a bénéficié d’un financement du département pour l’achat d’un scooter). Pour d’autres notamment les plus de 26 ans qui ne peuvent ni avoir le permis ou un deux roues, on leur apprend à prendre les transports en commun. Nous avançons petit à petit avec eux pour dans un second temps aborder le côté professionnel. La plupart ont une vague d’idée de leur projet professionnel et certains ne savent pas vers quel projet professionnel se diriger. Pour cela nous les aidons, et posons avec eux les questions nécessaires pour construire leur projet. Pour la plupart, l’entrée vers le monde du travail sera une étape difficile et pour certains nous savons que cela ne sera pas possible. Pour les préparer au mieux, nous travaillons exclusivement à l’entrée dans un premier temps sur un chantier d’insertion. L’objectif serait pour les plus jeunes de réussir à définir un projet professionnel stable et d’entrer dans un dispositif de formation qualifiante.

La finalité du parcours des éco-volontaires :

Les éco-volontaires ont avancé dans leur réflexion quant à leur projet d’avenir, pour certains des problèmes d’ordres sociaux sont encore un frein à leur parcours professionnel. Pour d’autres, une avancé sur leur avenir professionnel c’est fait ressentir. La mobilité reste un des points essentiels, difficile à régler pour deux personnes.

Les démarches engagées au regard de l’emploi ou de la formation ne donnent pas les réponses ou résultats espérés. Sur l’ensemble des salariés qui se sont succédés courant 2011-2012, 4 personnes ont une issue à la sortie de l’action :

- 3 contrats aidés (le relais à l’Etoile et l’ACI la Maisonnée à Corbie)

- 1 entrée en formation qualifiante (conducteur routier)

Quant aux autres éco-volontaires, 2 personnes ont été renouvelées, 1 personne a abandonné, 2 personnes n’ont pas souhaité être renouvelé et pour les autres personnes l’éloignement de l’emploi était tel que nous n’avons pas trouvé de solution. Rappelons que nous sommes sur une action d’insertion sociale dans un premier temps.

 

Les formations dispensées :

Les formations se font chaque jour, puisque les volontaires interviennent sur les milieux sensibles, l’encadrant technique les forme à être respectueux de la nature, par exemple des cendriers de poche leur ont été distribué afin qu’ils ne jettent pas leur mégots par terre. On leur a dispensé une formation sur le tri des déchets. Chaque activité qu’ils exercent, a un intérêt pour la nature, cela leur est expliqué avant de commencer. Les formations sont plus axées sur le développement durable.

  • « Machinisme et sécurité » pour apprendre à utiliser les engins thermiques (Débroussailleuse- tronçonneuse- taille haie…).
  • « Création d’un composteur et son utilisation », dispensée par un salarié du CPIE.
  • Une journée d’appréhension des essences d’arbres leur a été dispensée par un animateur du CPIE.
  • Une formation à la technique du torchis leur a été dispensée dans le parc de SAMARA.
  • Formation à la construction de nichoirs et hôtel à insecte.
  • Journée de découverte en Baie de Somme afin de leur expliquer le milieu naturel.

Plan du site | Mentions légales | Contacts