Accueil du site > Nos thématiques > "Réseau d’observatoire des amphibiens en Massif central" - (...)

"Réseau d'observatoire des amphibiens en Massif central" - Observatoire Local de la Biodiversité CPIE

Porteur : CPIE PAYS CREUSOIS
Région : Limousin
Mise à jour : vendredi 2 mars 2012
Année de fin de réalisation :
Compétences mobilisées :
Connaissance, ingénierie - Sensibilisation, information - Gestion d’espace - Concertation, médiation - Consultation, participation - Edition, publication
Thématique(s) associée(s) :
protection de la faune et de la flore - éducation/formation - biodiversité - amphibiens - observatoire local de la biodiversité (OLB)

Résumé

Les CPIE qui agissent sur les territoires de « nature ordinaire » mobilisent leurs compétences dans le cadre de leurs Observatoire Locaux de la Biodiversité à l’échelle du territoire national, et collaborent avec le Muséum d'Histoire Naturelle(MNHN) et la société Herpétologique de France (SHF).

C'est dans cette dynamique de sciences participatives que les CPIE, implantés sur le territoire du Massif Central, ont créé et animent un réseau d'observatoire des amphibiens en Massif Central. La plupart des amphibiens de France métropolitaine y sont représentés.

Les CPIE impliqués dans l’observatoire des amphibiens en Massif Central sont :

  • CPIE de la Corrèze
  • CPIE Haute Auvergne
  • CPIE Clermont-Dômes
  • CPIE Pays de Tronçais
  • CPIE du Velay
  • CPIE du Rouergue
  • CPIE Causses-Méridionaux
  • CPIE Haut-Languedoc
  • CPIE des Pays Tarnais
  • CPIE des Pays Creusois, qui coordonne l’action
  • CPIE Midi-Quercy
  • CPIE Autunois Morvan

Cette action s’inscrit dans la démarche Observatoire Local de la Biodiversité® de l’Union Nationale des CPIE.

Contexte

A l'échelle mondial, ces trente dernières années, 9 espèces d'amphibiens se sont éteintes, 113 sont en confirmation de disparition et 1856 sont menacées d'extinction, soit 32% des espèces.

A l'échelle française, selon la Liste Rouge des espèces menacées de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, on estime qu’une espèce d'amphibien sur cinq risque de disparaître.

Hors, les amphibiens sont des bio-indicateurs de l'état de santé de l'environnement.

En effet, particulièrement sensible aux perturbations et aux modifications de notre environnement, les amphibiens, par leurs exigences et leurs modes de vie, permettent d'évaluer la qualité des milieux dans lesquels nous évoluons.

Le Massif Central est un territoire rural, à forte dominance agricole qui possède des agro systèmes variés et un petit patrimoine lié à l'eau encore très présents (fossés, rigoles, lavoirs et lavognes) ont longtemps été considérés comme des éléments purement fonctionnels. Leur conservation dans leur état originel est apparue et apparaît encore comme un frein au progrès économique. Oubliant leurs rôles écologique et social, ils ont été détruits, effacés du paysage ou simplement abandonnées.

Cette richesse patrimoniale est aujourd'hui menacée de disparition, et avec elle la faune qui en dépend.

C’est dans ce contexte que le collectif des CPIE du Massif Central lance le projet « Observatoire des amphibiens en Massif Central ».

Objectifs

Afin de pallier à l’insuffisance de données quantitatives sur la présence et l'évolution d'un grand nombre d'espèces d'amphibiens sur certains territoires, des programmes de sciences « participatives » ou « citoyennes » sont mis en place.

Ils ont pour objectifs de permettre l'obtention de données afin d'engager des programmes de conservation des espèces et de leurs habitats.

Ses sciences participatives remplissent à elles seules plusieurs objectifs :

  • Contribuer à l'avancée des connaissances
  • Agir sur la préservation des écosystèmes et des espèces
  • Permettre à chacun d'agir pour l'environnement
  • Sensibiliser à la sauvegarde de la biodiversité
  • Mettre en réseau les acteurs des territoires.

A l’échelle du Massif central, l’objectif est de mutualiser les connaissances et les outils de communication entre chaque CPIE.

Description et résultats

Pour mener cette opération, le collectif des CPIE développe deux grands volets :

  • 1er Volet : Connaissance scientifique de la biodiversité des amphibiens, vulgarisation et diffusion de la connaissance de l'observatoire.

Pour se faire, des études scientifiques batrachologiques sont menées avec le programme POPAMPHIBIEN en lien avec le Muséum National d'Histoire Naturelle et la SHF. Ces études ont pour objectif d'analyser l'évolution des populations batrachologiques ainsi que les conséquences des mesures de gestion et du réchauffement climatique.
Pour obtenir des résultats significatifs, il faut compter une durée d'action d'environ 10 ans.

La création, la formation et l'animation d'un réseau d'observation est mis en place, afin d'associer à l'observatoire, des partenaires capables de s'investir dans la réalisation d'inventaires sur des territoires qu'ils connaissent ou dont ils assurent la gestion ou le suivi.

  • 2eVolet : Opération « Un dragon ! dans mon jardin ? » : communication, sensibilisation et information auprès de la population.

L'objectif général de cette opération est la mise en œuvre d'actions de sensibilisation auprès des populations régionales et la protection des milieux favorables aux amphibiens via l'implication citoyenne et les sciences participatives.

Pour se faire, les CPIE :

- sensibilisent aux enjeux sur la ressource en eau et à la biodiversité, à travers la diffusion de l'opération sur l'ensemble des territoires concernés. Ils développent également des actions d'animation, d'éducation et de sensibilisation auprès de tous les publics ;

- déclinent le programme de participation citoyenne aux sciences de la nature intitulé « La biodiversité dans le quotidien des habitants et des collectivités ».

Cette action permet la participation et l'implication de la population et des acteurs locaux dans l'identification et la conservation des espèces d'amphibiens et des biotopes aquatiques et terrestres. Le programme « un dragon dans mon jardin » est décliné en « un dragon dans mon village » pour les collectivités.

Ces deux volets ont pour objectif commun de mutualiser les savoirs faire et les méthodes à une échelle pertinente pour la biodiversité, et de mettre en réseau les acteurs des territoires pour assurer l'interface entre le monde scientifique et les populations locales.

Atouts et limites

Le principal atout est la géographie de la région. En effet, ce territoire rural à forte dominance agricole possède des agro systèmes variés et un petit patrimoine lié à l'eau encore très présent. Ce sont donc des corridors écologiques et des zones « refuges » qui constituent, en complément des milieux naturels, des éléments favorables aux cycles de vie des amphibiens.

L’autre atout du projet est la volonté des CPIE concernés par l’opération de mettre en commun leurs connaissances et outils de communication. L’enjeu est d’animer ce projet sur ce vaste territoire et réussir à mutualiser toutes les informations recueillies.

Partenaires techniques

  • Muséum National d'Histoire Naturelle
  • Société Herpétologique de France
  • L'Union Nationale des CPIE et son réseau
  • DREAL, ONEMA, ONCFS, PNR, Réserves Naturelles, Syndicats de rivière, Fédération Départementale pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique et leurs Associations Agrée de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques, ONF, CREN, Agences Régionales de Santé, Union Départementale des Associations Familiales, Collectivités, Lycées agricoles
  • Observateurs bénévoles et propriétaires de batracho-sites.

Financeurs

FEDER, État, Conseils régionaux, Fonds publics : ASP (aide à l'emploi)


Plan du site | Mentions légales | Contacts