Accueil du site > Nos thématiques > "Pas de printemps sans ailes" - Observatoire Local de la Biodiversité (...)

"Pas de printemps sans ailes" - Observatoire Local de la Biodiversité CPIE

Porteur : UNION RÉGIONALE DES CPIE DES PAYS DE LA LOIRE
Région : Pays de la Loire
Mise à jour : vendredi 2 mars 2012
Année de fin de réalisation : 2014
Compétences mobilisées :
Connaissance, ingénierie - Sensibilisation, information - Gestion d’espace - Aménagement
Thématique(s) associée(s) :
éducation/formation - biodiversité - oiseaux - observatoire local de la biodiversité (OLB)

Résumé

L’Union Régionale des centres Permanents d’initiatives pour l’Environnement (URCPIE) des Pays de la Loire met en place une action de sciences participatives de portée régionale intitulée « Pas de Printemps sans ailes » portant sur les espèces d’hirondelles, pour la période 2012/2014.

L’action permettra :

  • de mieux connaître et de suivre la population des hirondelles en Pays de la Loire par la mise en place d’un réseau de vigies qui fournira des données scientifiques,
  • d’impliquer un large public par des actions de sensibilisation et de communication auprès des populations locales, collectivités, entreprises, carrières et agriculteurs,
  • de favoriser la cohabitation entre homme et hirondelles par des mesures conservatoires et de restauration des habitats.

 

Cette action s’inscrit dans le cadre de la démarche Observatoire Local de la Biodiversité® de l’Union Nationale des CPIE.

Contexte

Dans le monde, on compte plus de 75 espèces d’hirondelles, dont 4 nichent dans la région des Pays de la Loire. La plus commune, l’hirondelle rustique, construit son nid dans les habitations ouvertes telles que les étables ou préau, tandis que l’hirondelle de fenêtre niche à l’extérieure des bâtiments. L’hirondelle de rivage, un peu plus rare, trouve sa place le long des vallées alluviales et le Martinet noir lui se reproduit exclusivement dans les édifices.

Ces quatre espèces se retrouvent aujourd’hui menacées et ce, par différents facteurs. En effet, les hirondelles se nourrissant exclusivement d’insectes volants, voient leurs ressources alimentaires s’appauvrir face à l’intensification de l’agriculture et, avec elle, l’utilisation massive d’insecticide. 

Mais aussi, par la destruction directe des nids, dans les zones de nidification, ou des hirondelles elles-mêmes, dans les zones de migration ou d’hivernage.

Ainsi, à l’échelle nationale, selon les données du STOC (Suivi Temporel des Oiseaux Communs), programme de Vigie-Nature du Muséum national d’Histoire naturelle, les populations d’hirondelles et de martinets auraient subi une érosion de leurs effectifs proche de 50% pour certaines espèces.

Objectifs

Ce projet devrait permettre de préciser le statut et la répartition de ce groupe d’espèces en Pays de la Loire et d’identifier avec plus de précision, la contribution du territoire ligérien à la conservation des taxons à l’échelle nationale.

Les hirondelles ayant besoin de constructions humaines pour installer leurs nids, la cohabitation entre homme et oiseaux s’avère nécessaire.

Cette relation pose donc les questions du niveau d’acceptation des nuisances induites par les hirondelles, car elles ne sont pas toujours les bienvenues au sein de toutes les habitations, lieux et monuments publics.

Ce travail d’inventaire participatif est également une action éducative de sensibilisation et d’échanges avec les habitants des territoires, eux-mêmes acteurs de ces suivis afin de sensibiliser à la préservation de la nature de proximité.

Le projet a donc pour objectifs :

  • De mieux connaître l’état et l’évolution des populations d’hirondelles en Pays de la Loire par l’acquisition de données scientifiques,
  • D’impliquer les habitants dans un suivi des populations d’espèces « quotidienne » pour faire prendre consciences de l’érosion de la biodiversité,
  • Et de favoriser la cohabitation entre les hirondelles et l’homme par la sensibilisation et la mise en œuvre de mesures conservatoires.

Description et résultats

Les actions de divisent en trois grands volets :

  • Les inventaires et les suivis naturalistes

Ils permettent la collecte de données naturalistes spécifiques par l’intermédiaire d’un réseau d’observateurs formés aux techniques d’inventaires. C’est une opération de science participative qui bénéficie d’une validation méthodologique dans le cadre d’une démarche scientifique de collaboration entre l’URCPIE et les acteurs scientifiques.

  • Les opérations de conservation et de restauration

Le réseau des CPIE des Pays de la Loire a choisi de ne pas suivre le chemin de la facilité où hommes et autres espèces auraient chacun leurs gîtes bien distincts, le propre de l’hirondelle de fenêtre étant justement de cohabiter avec l’homme.

Cela nécessite donc d’engager des actions de sensibilisation de tous les publics à l’existence et l’écologie des hirondelles et martinets.

Il s’agit aussi de mettre en place des actions simples permettant la cohabitation voire la recolonisation de certaines communes, par la pause de planchettes anti-fientes ou la pose de bacs de terre humide, et /ou la restauration de mares.

En ce qui concerne les hirondelles de rivage, l’objectif est de travailler avec les carriers, afin de conserver, voire de développer sa présence sur les sites, y compris pendant l’exploitation des matériaux.

  • La campagne de sensibilisation et de communication

C’est une communication tout public et d’ampleur régionale qui est mise en place.

Elle comprend différents supports pédagogiques comme des posters présentant les espèces à recenser, ou des affiches et des supports de liaison pour le recueil des données individuelles.

Dans tous les cas, l’ensemble des outils créés a pour seul objectif la conservation des hirondelles par la mobilisation des acteurs.

Atouts et limites

La valorisation du projet et de ses résultats se fera à terme via les réseaux naturalistes par la rédaction de publications et la participation à des colloques.

Elle sera tout de même constante tout au long du projet grâce à la diffusion d’une lettre d’information et d’une communication continue sur les sites internet de l’URCPIE, des CPIE et des partenaires associatifs du projet.

Les « vigies » et l’ensemble des participants sur chacune des communes engagées sont autant de relais locaux pour communiquer, sensibiliser et assurer localement la conservation des sites de nidification des hirondelles et leur environnement de proximité.

Partenaires techniques

  • LPO
  • le Conservatoire Botanique National de Brest
  • le Conservatoire de Littoral
  • le Conservatoire Régional des Rives de la Loire
  • le Forum des Marais Atlantiques 
  • l’ONF
  • la Fédération Régionale des Chasseurs
  • l’Union Régionale des Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement
  • la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment

Financeurs

  • Région Pays de la Loire
  • DREAL
  • FEDER
  • Union Nationale des Industries de Carrières Et Matériaux de construction (UNICEM)
  • EDF
  • Caisse d’Epargne

Plan du site | Mentions légales | Contacts