Accueil du site > Nos thématiques > Sensibiliser des usagers des cours d’eau à l’entretien des berges

Sensibiliser des usagers des cours d'eau à l'entretien des berges

Porteur : CPIE BUGEY-GENEVOIS
Région : Rhône-Alpes
Mise à jour : vendredi 21 janvier 2011
Année de fin de réalisation :
Compétences mobilisées :
Connaissance, ingénierie - Sensibilisation, information - Concertation, médiation - Consultation, participation
Thématique(s) associée(s) :
eau - contrat de rivière

Résumé

Dans le cadre du Contrat Rivière entre l’Arve et le Rhône, le CPIE a sensibilisé les usagers, et en particulier les propriétaires riverains, à l’importance d’un entretien régulier et durable du lit et des berges des cours d’eau du canton.

La mobilisation des habitants, selon un mode d'animation participatif, a contribué à les rendre responsables et à recréer un lien entre eux et la rivière.

Cette opération a également contribué à resserer les liens entre le CPIE et la communauté de commune du Genevois.

Contexte

Dans le cadre du Contrat Rivière entre l’Arve et le Rhône (15 communes – 150 kilomètres de cours d’eau), et face à un déficit de communication autour du programme pluriannuel de restauration et d’entretien de la végétation rivulaire et du lit, la Communauté de Communes du Genevois prévoyait la diffusion du guide « Retrouvons nos rivières » à l’ensemble des utilisateurs des cours d’eau. Suite à de nombreux échanges entre le technicien de rivières et le CPIE Bugey-Genevois (Rhône-Alpes – Haute-Savoie), il a été décidé d’accompagner la diffusion de ce document par la réalisation d’une action de sensibilisation.


De même, le contrat de rivière arrivant à échéance au mois d’octobre de l’année 2010, il s’avère nécessaire de mettre en place une démarche de ré-implication des riverains à l’entretien des cours d’eau.


Cette action prend place dans l’expérimentation du dispositif « EAUsons agir » du Conseil régional de Rhône-Alpes. Associant un technicien de rivière et un pédagogue de l’environnement, ce dispositif vise à l’accompagnement de démarches de concertation territoriale sur la thématique de l’eau.

Objectifs

L’objectif est de réaliser une action de sensibilisation basée sur la participation et l’implication des riverains afin d’anticiper ensemble la fin du Contrat de Rivières, et de pérenniser les actions entreprises par la communauté de communes dans le cadre du contrat de rivière.

Pour le CPIE, cette action est un moyen de développer, tester et évaluer les outils mis en œuvre pour la participation des rive- rains, ainsi que de mutualiser les compétences sur le territoire.

Description et résultats

Octobre 2008 : Mise en place de réunions publiques d’information sur le contrat de rivière et de sensibilisation à l’importance de l’entretien des cours d’eau.

4 réunions publiques sont organisées sur des lieux et à des horaires différents dans l’objectif de rassembler le maximum de personnes sur la communauté de communes.


Elles sont organisées en binôme (technicien de rivière - animateur du CPIE) afin de faciliter l’accueil, rendre l’exposé plus vivant et ainsi dynamiser les interactions avec les participants.

Ces réunions ont été l’occasion :

  • de présenter le territoire et ses enjeux en termes de restauration de rivières, le contrat de rivière entre l’Arve et le Rhône ainsi que les aspects réglementaires liés à la propriété de berges, en particulier.
  • l’obligation d'entretien.
  • d’échanger avec la salle et faire des propositions de gestion.
  • de distribuer le livret « Retrouvons nos rivières » élaboré par l’union régionale de Rhône-Alpes.
  • de présenter les différentes sorties terrains à venir et de proposer aux participants de s’y inscrire

Novembre 2008 : Organisation de sorties sur le terrain 4 demi-journées sont organisées autour de thématiques choisies en fonction des grands enjeux d’entretien du territoire :

  • les plantes invasives,
  • les différents types de gestion en fonction de l’urbanisation et des risques,
  • les risques d’inondation,
  • la formation et le démantèlement d’embâcle. 1 journée chantier de lutte contre l’érosion est organisée. Celle-ci a permis l’expérimentation, en chantier collectif, d’une technique de stabilisation de berges issue du génie végétal : le tressage de saules vivants et la plantation de boutures.

Février 2009 : Organisation d’une journée bilan de restitution. Cette journée a été l’occasion d’apporter des réponses aux questions les plus posées lors des sorties terrains, mais aussi d’échanger sur les propositions de gestion possibles en prévision de la fin du contrat de rivière. Par la suite, un retour a pu être fait aux élus aux travers un cahier de 16 propositions partagées par les riverains.
Ainsi, dans un souci de mutualisation des moyens, le projet de création de groupes de riverains a vu le jour. Il a aussi été proposé de mettre en place un nouveau cycle de sortie sur le terrain.

Tout au long de la démarche : Mise en place d’un dispositif de communication complet pour rassembler le maximum de personnes  : lettres nominatives aux propriétaires riverains, cour- rier aux associations de pêcheurs et de randonneurs suivi d’un entretien téléphonique, communiqué dans la presse locale et les bulletins municipaux et affichages communaux... La communication a débuté 3 mois en amont des réunions publiques, soit en juillet 2008, et s’est poursuivie tout au long du travail.
 

2009 : Le succès rencontré l’année précédente a permis de recon- duire l’action autour de l’organisation de 9 demi-journées de terrain.

Atouts et limites

Les points forts :

  • Cette action a permis de recréer un lien entre les habitants et leur rivière,
  • Les chantiers de restauration ont rencontré un grand succès. Ils ont été l’occasion pour les riverains de partager un moment convivial, tout en mutualisant leurs moyens pour la restauration et l’entretien des cours d’eau. Elle a conduit à la création de groupes de riverains.
  • Ce qui a plu aux élus : la bonne couverture médiatique, le taux de participation important et la réalisation d’un document synthétisant l’ensemble des propositions des riverains. Une relation de confiance entre le CPIE et la communauté de commune s’est ainsi construite.

 

Les difficultés :

  • La collectivité ne réfléchit pas les projets à la même échelle de temps que le CPIE (Communauté de communes : 4-5 ans / CPIE : 4-5 mois)
  • La communication est très chronophage... mais essentielle ! 80% du temps consacré à cette action s’est tourné vers ce besoin en communication.
  • Les réticences des élus vis-à-vis d’une démarche de concertation

Partenaires techniques

Communauté de commune du Genevois

Financeurs

Région Rhône-Alpes


Plan du site | Mentions légales | Contacts